Le site internet numéro un mondial sur la déficience auditive et la surdité
Depuis 1999

Difficile d'avoir un pied dans la porte

Laila Justesen a 38 ans. Elle porte des aides auditives depuis l'âge de quatre ans. Malgré sa déficience auditive, elle a obtenu une licence en sciences économiques avec une spécialisation en comptabilité. Elle a choisi sa voie en fonction de la situation du marché de l'emploi à ce moment - mais depuis elle n'a connu que revers et déception.

« Une fois mes études secondaires finies, j'ai du prendre une décision et choisir un diplôme qui me donnerait un emploi, cela était très important pour moi. Au fond de moi-même, je savais très bien que ma déficience auditive m'empêcherait d'avoir accès à certaines professions. Alors j'ai choisi ma voie en fonction des besoins futurs en emploi. A cette époque, il y avait un manque considérable d'ingénieurs et d'économistes » dit-elle.

Laila Justesen est danoise et a obtenu sa licence en sciences économiques à la Haute École de Commerce de Aarhus qui est la deuxième plus grande ville du Danemark. Une fois ses études terminées, il y avait une surabondance d'économistes.

« En plus de ma déficience auditive, je dois également faire face à un secteur surabondé» dit-elle, « et ce fut très difficile pour moi d'accéder au marché de l'emploi. Mais je me suis dit que même si ma déficience joue en ma défaveur, j'y parviendrai en bataillant ferme. Je n'ai besoin que d'un brin de chance.J'ai envoyé entre 300 et 400 candidatures et obtenu quelques entretiens. »

Mais Laila Justesen ne dépassa jamais le stage de l'entretien. Elle ne reçu aucune offre d'embauche. Les entretiens se déroulaient généralement très bien jusqu'au moment ou elle venait à parler de sa déficience auditive. Cela semblait être la cause du désintéressement soudain des responsables des ressources humaines. De temps à autre, elle fit face à une discrimination manifeste, notamment quand on lui fit directement savoir qu'elle ne serait pas engagée à cause de sa déficience auditive.

« J'ai posé ma candidature auprès de l'administration d'un hôpital où on me fit directement comprendre qu'aucun médecin ne voudrait avoir affaire à moi. »

« Bien sûr que la chance a également un rôle à jouer» ajoute-t-elle. « Mais je n'étais pas assez chanceuse pour rencontrer un employeur qui croie en mes capacités »

Finalement un emploi

Elle a finalement fait appel aux autorités locales pour obtenir de l'aide. Elle fut embauchée temporairement en tant que remplaçante à la ville de Aarhus. Elle travailla tout d'abord à l'administration des salaires et ensuite au département de finance de la mairie.

« C'était vraiment bien» dit-elle. « Je n'ai eu aucun problème une fois engagée. On me donna beaucoup de responsabilités. Je ne pouvais bien sûr pas entendre les personnes qui travaillaient tout au bout du bureau et j'essayais toujours d'établir un contact avec les yeux de mes interlocuteurs. Mais mes performances au travail n'en étaient pour autant pas le moindrement diminuées. »

Socialement, tout allait bien. « Je ne suis pas une personne compliquée », dit-elle. « Rater certaines choses ne me dérange pas. Cela ne m'a jamais dérangé. »

L'emploi temporaire de Laila Justesen à la ville de Aarhus fut prolongé plusieurs fois, mais après deux ans, elle se retrouvait à nouveau sans emploi.

A nouveau le nez dans les annonces

« J'ai repris mes recherches. J'étais assez confiante étant donné que j'avais obtenu un peu d'expérience. J'ai donné des cours, gagné de l'expérience en comptabilité, travaillé avec l'administration des salaires et appris à programmer. Je fus encore une fois appelée à beaucoup d'entretiens d'embauche. »

Mais l'histoire se répétant, les entretiens ne donnèrent aucune suite.

« J'ai abandonné après neuf mois de recherche. Je ne pouvais plus le supporter, bien que je suis normalement une personne qui a beaucoup de volonté. Alors j'ai passé le temps pendant une année jusqu'à ce que mon syndicat organise un séminaire sur la recherche de travail auquel j'ai participé. »

Fan de IT

Laila Justesen fut engagée dans une entreprise IT par le biais d'un projet intensif qui comprenait un stage en entreprise. Elle reçut beaucoup de responsabilités.

« J'étais consultante en développement, » explique-t-elle. « Je travaillais sur des projets offrant des solutions de programmation pour des clients venant des quatre coins du Danemark, et je passais beaucoup de temps à rendre visite aux clients. Je délivrais également des solutions de support téléphonique pour lesquelles j'étais responsable des différents services : finance, ventes, campagne de vente, renouvellement de contrat et opérations journalières. Je travaillais également sur la préparation de séminaire ainsi que d'autres tâches. »

L'entreprise fut achetée et impliquée dans plusieurs fusions. Après 4 ans, le département où Laila Justesen était employée fut vendu et devint indépendant. Malheureusement, le département fit faillite l'année passée, et une fois de plus Laila se retrouvait sans emploi.

« Ce fut dévastateur, » dit-elle. « J'aimais beaucoup mon travail. Je pensais alors qu'avec mon expérience acquise, je n'aurai aucun problème à trouver autre chose. » Mais la vieille histoire se répétait encore une fois pour Laila Justesen. Elle posa plusieurs candidatures pour différents emplois dans les secteurs de l'IT et de la comptabilité, et encore une fois, elle obtint plusieurs entretiens qui ne donnèrent aucune suite.

« Je suis tout à fait consciente que je ne suis peut être pas en haut de la liste à chaque fois. Mais c'est tout de même incroyable que je n'ai jamais de chance après autant d'interviews, » dit-elle.

Des employeurs qui manquent de courage

Laila Justesen est désespérée de ne pas parvenir à trouver du travail, elle a même postulé pour des postes dans des domaines où aucunes qualifications n'étaient requises dans des firmes électroniques et même des pépinières. Encore une fois sans succès.

Elle n'a jamais eu de problèmes dans ses différentes fonctions. Elle a toujours obtenu de bons résultas et entretenu d'excellentes relations avec ses collègues de travail. Le seul problème était de parvenir à mettre le pied dans la porte afin de pouvoir démontrer sa vraie valeur, et notamment ses qualifications spécifiques ainsi que ses traits de caractères qui l'ont aidé à surmonter sa déficience auditive et à atteindre ses objectifs.

« Les employeurs devraient montrer plus de preuve de bonne volonté et m'accorder le bénéfice du doute en ce qui concerne mes aptitudes, et essayer quelque chose de nouveau. Mais mon expérience, en ce qui concerne la recherche de travail, m'a démontré que si un employeur a le choix entre deux personnes dont l'une est déficiente auditive, ce sera toujours l'autre qui sera prise en considération. Même si le candidat malentendant a de meilleures qualités professionnelles. C'est très dommage. »

Vous êtes bienvenu à utiliser nos articles

Vous êtes les bienvenus à citer ou utiliser nos articles. La seule condition est qu’un lien direct vers l'article spécifique que vous utilisez soit disponible sur la page sur la page où vous nous citez.

Malheureusement, vous ne pouvez pas utiliser nos images car nous ne sommes pas en possession des droits d'auteur, et avons seulement le droit de les utiliser sur notre site.