Le site internet numéro un mondial sur la déficience auditive et la surdité
Depuis 1999

Fille de parents sourds

Mes parents sont sourds profonds. Ma mère de naissance et mon père est devenu sourd vers l'âge de six mois. Donc j'ai grandi avec le handicap de mes parents.

Ils ont appris à s'exprimer oralement avec un timbre de voix qui diffère du nôtre car ils ne s'entendent pas parler. Ils ne peuvent donc réguler ni l'intonation ni le caractère mélodieux de leur voix. Par ailleurs, ils ont tendance à faire des phrases incomplètes c'est à dire à parler petit-nègre. Et le problème, c'est que tout le monde a pris le plis de leur parler comme ça, est-ce pour faciliter le dialogue, la compréhension ? Je n'en sais rien mais cette habitude s'est installée malgré nous.

Ce handicap je l'ai toujours haï dans mon enfance. Je subissais les regards de gens médusés devant notre façon de nous exprimer sans voix et en articulant à outrance. Ben oui, en fait mes parents lisent sur les lèvres et pour faciliter leur compréhension il faut donc articuler, ce qui donne parfois un aspect un peu théatral à nos échanges.

Il y a des gens qui nous regardent avec curiosité et parfois avec moquerie. Ce qui n'est pas toujours simple à gérer. Quand on se retrouve en public, tous les regards se tournent vers vous. J'ai toujours eu un sentiment d'injustice, pourquoi eux, pourquoi moi ? J'enviais les moments de complicité qu'avaient mes amis avec leurs parents en échangeant sur pleins de sujets : la politique, l'écologie,.... Mes parents sont très curieux et s'intéressent à beaucoup de choses mais tout ce qui peut permettre d'alimenter un débat c'est un peu plus difficile pour eux et par conséquent pour nous également.

J'adore la musique et il m'a fallu un certain temps pour que je ne culpabilise pas à danser comme une malade et à chanter à en perdre la voix. C'est une grande frustration pour eux de ne pas entendre la musique quand leur petite fille se met à jouer de l'alto ou du piano. Ils sont frustrés de ne pas entendre le son de la voix de leurs propres enfants et petits-enfants.

Pour moi, le handicap parental était une plaie, j'entends par là un fardeau, une blessure. J'en avais honte. Et puis en grandissant, j'ai réalisé que cette différence, cette singularité, elle est devenue ma fierté aujourd'hui. Oui, bizarrement, je réalise que cet handicap est en fait une force qui nous lie entre nous.

Cette surdité nous a apporté pleins de choses que bien d'autres n'ont pas. A savoir, un sixième sens lié au ressenti. Laisser libre cours à ses émotions, les exprimer autrement que par des mots, les vivre, les laisser vibrer. Le corps parle et ça nous le ressentons très fortement. Mes parents sentent les plus infimes vibrations et les contacts tactiles ont toujours été présents. Se serrer fort dans les bras les uns des autres et se dire qu'on s'aime, ils ont toujours su nous transmettre cette grande capacité.

Les sourds ont également un humour extraordinaire et une auto-dérision incroyable au point où quand quelque chose de médisant se dit : ils finissent par dire "ah bon ? je n'ai rien entendu ?"

Si bien qu'on peut avoir de grands moments de complicité, entre autres quand on se parle tout en étant aux deux extrémités d'une pièce en se comprenant parfaitement à l'insu des autres. Mes parents ont également un sens artistique incroyable, ils ont appris non seulement la débrouillardise mais surtout à faire énormément de belles choses et ils peuvent en être fiers. D'autant plus qu'ils ne sont pas avares et qu'ils ont su transmettre leur talent.

Aujourd'hui, je suis très fière d'eux, car malgré leur handicap ils se sont mis aux nouvelles technologies et notamment à l'utilisation d'un ordinateur et du web, ce qui a pour mérite de nous rapprocher encore plus. Je suis fière d'eux d'autant plus que je sais qu'à 70 et 80 printemps ils sont probablement devant leur ordinateur à lire les messages de leur fille qui parle d'eux sans tabou et surtout avec son coeur.

Depuis un an, j'apprends la langue des signes pour m'approprier encore plus cette faculté de faire parler son corps et montrer à quel point les sourds ont un potentiel indéfinissable.

Donc j'ai envie de terminer par ces simples mots : on a beaucoup à apprendre du handicap ou auprès des personnes handicapées et bien souvent le handicap n'est pas toujours là où on le pense.

Vous êtes bienvenu à utiliser nos articles

Vous êtes les bienvenus à citer ou utiliser nos articles. La seule condition est qu’un lien direct vers l'article spécifique que vous utilisez soit disponible sur la page sur la page où vous nous citez.

Malheureusement, vous ne pouvez pas utiliser nos images car nous ne sommes pas en possession des droits d'auteur, et avons seulement le droit de les utiliser sur notre site.