Le site internet numéro un mondial sur la déficience auditive et la surdité
Depuis 1999

09 mars 2009

Progrès sur la recherche des acouphènes

Les chercheurs de l’Université de New York À Buffalo ont étudié les mécanismes biologiques et physiologiques qui entraînent des acouphènes.

Progrès sur la recherche des acouphènes

Le fait que les acouphènes sont entraînés par des changements biologiques dans le cerveau plutôt que psychologiques, comme on le croyait auparavant, était une avancée considérable dans la recherche sur les acouphènes.

« Lorsque vous passez de l’idée que acouphènes sont le fruit de l’imagination à un mécanisme dans le cerveau qui génère des acouphènes, il y a une grande différence », déclare Ed Lobarinas, une scientifique de SUNY à Buffalo.

Bruit et tranquillité

Les chercheurs de Buffalo ont développé deux méthodes pour détecter la présence des acouphènes chez les animaux. Les deux méthodes étudient la réaction des rats au bruit et au calme. En examinant les rats qui ont des acouphènes avec les rats qui n’en ont pas, les scientifiques étaient en mesure de comparer les réactions neurophysiologiques dans le cerveau de ces deux groupes.

Les scientifiques ont essayé d’identifier les changements neurophysiologiques lorsque les acouphènes sont présents et de tester des médicaments sur le comportement des acouphènes.

« Nous voulons les étudier et les éliminer », déclare Richard Salvi, chercheur principal derrière l’étude.

A propos de l’expérience

Une des expériences vise à entraîner les rats à laper lorsqu’il n’y a pas de bruit et ne pas laper lorsqu’ils entendent un son. Les rats qui n’ont pas d’acouphènes lapent davantage que les rats qui ont des acouphènes vu qu’ils perçoivent du bruit même si il n’y a pas de bruit dans l’environnement extérieur.

« Voici comment nous déterminons le fait qu’ils ne peuvent entendre le silence », déclare Ed Lobarinas.

La deuxième méthode vise à émettre un bruit de fond avec des pauses de manière intermittente. Les rats qui ont des acouphènes ne sont pas capables de faire la différence entre le bruit de fond et les pauses vu qu’ils ont constamment du bruit à leurs oreilles. Ils sont donc plus étonnés par le bruit violent qui intervient après les pauses que ceux qui n’ont pas d’acouphènes.

Source:spectrum.buffalo.edu/article.php?id=33696, 15 octobre 2007

Vous êtes bienvenu à utiliser nos articles

Vous êtes les bienvenus à citer ou utiliser nos articles. La seule condition est qu’un lien direct vers l'article spécifique que vous utilisez soit disponible sur la page sur la page où vous nous citez.

Malheureusement, vous ne pouvez pas utiliser nos images car nous ne sommes pas en possession des droits d'auteur, et avons seulement le droit de les utiliser sur notre site.