Le site internet numéro un mondial sur la déficience auditive et la surdité
Depuis 1999

Un lien étroit entre l'usage d'armes à feu et la déficience auditive

La chasse et le tir sur cible comptent parmi les activités de loisir les plus nuisibles pour la capacité auditive.

Un lien étroit entre l'usage d'armes à feu et la déficience auditive

Les hommes qui ont pratiqué le tir sur cible au cours de l'année écoulée courent deux fois plus de risques de souffrir de problèmes d'audition que les non-tireurs. Les hommes qui ont chassé au cours de l'année écoulée sont 1,4 fois plus exposés à ce risque que les non-chasseurs. Telle est la conclusion d'une étude américaine publiée dans les Archives de la médecine familiale, en avril 2000.

Cette étude montre également que le risque de détérioration de la capacité auditive augmente de 7% par période de cinq ans de pratique de la chasse. Une tendance similaire a été constatée chez les pratiquants du tir sur cible. L'analyse de risque a été ajustée pour tenir compte de facteurs tels que l'âge, le mode de vie et les éventuelles expositions professionnelles au bruit.

Toujours selon cette étude, le tir sur cible pourrait avoir une plus forte influence sur la capacité auditive que la chasse. Les seuils moyens mesurés étaient nettement plus défavorables pour les hommes qui pratiquaient à la fois la chasse et le tir sur cible que pour ceux qui se limitaient à la chasse. Le groupe des tireurs sur cible était caractérisé par un plus grand nombre de déclarations spontanées de problèmes auditifs, et ce nombre avait tendance à augmenter avec la poursuite de cette pratique. Dans le groupe des hommes qui n'avaient jamais pratiqué le tir sur cible, 22% ont fait état de problèmes d'audition, une proportion qui est passée à 40% dans le cas des hommes qui pratiquaient le tir sur cible depuis 30 à 39 ans.

Les effets de la chasse et du tir sur cible peuvent différer parce que cette dernière activité implique habituellement une beaucoup plus grande exposition cumulative au bruit impulsionnel que la chasse, même si les tireurs sur cible portent plus souvent des protecteurs auriculaires. En moyenne, les tireurs sur cible passent 23 heures par an à tirer et les chasseurs 10 heures sur la même période.

Cette étude a porté sur 1 538 hommes de 48 à 92 ans, dont 74,9% étaient des chasseurs et 15,6% avaient fait du tir sur cible pendant un certain temps.

Les conclusions ont été extraites de l'étude «Usage d'armes à feu de loisir et déficience auditive», publiée dans le n°9, d'avril 2000, des Archives de la médecine familiale.

Vous êtes bienvenu à utiliser nos articles

Vous êtes les bienvenus à citer ou utiliser nos articles. La seule condition est qu’un lien direct vers l'article spécifique que vous utilisez soit disponible sur la page sur la page où vous nous citez.

Malheureusement, vous ne pouvez pas utiliser nos images car nous ne sommes pas en possession des droits d'auteur, et avons seulement le droit de les utiliser sur notre site.