22 janvier 2019

Risque accru de démence et de dépression suite à une déficience auditive non traitée

Une étude révèle que les personnes âgées ayant une déficience auditive non traitée courent un plus grand risque de démence, de dépression, de chutes et d’autres problèmes de santé.

Une étude américaine révèle que les adultes plus âgés avec une déficience auditive non traitée ont un risque de démence accru de 50%, un risque de dépression de 40% et un risque de chute de près de 30% supérieur à celui des personnes sans déficience auditive sur une période de 10 ans.

L'étude a également révélé une augmentation de 30% du risque d'accident vasculaire cérébral et de 36% du risque d'infarctus aigu du myocarde chez les participants ayant une déficience auditive non traitée par rapport à ceux sans déficience auditive.

Comparativement aux personnes sans déficience auditive, les personnes avec une déficience auditive non traitée avaient 3,2 diagnostics de démence en plus, 3,6 de chutes en plus et 6,9 diagnostics de dépression en plus pour 100 personnes sur une période de 10 ans, a révélé l'étude.

Le risque absolu de comorbidités associées à une déficience auditive non traitée augmentait avec le temps de suivi.

Données derrière l'étude

Les chercheurs de l’École de Santé Publique Johns Hopkins Bloomberg aux États-Unis ont obtenu leurs résultats après avoir analysé les informations d’OptumLabs Data Warehouse, un vaste ensemble de données sur les soins de santé comprenant plus de 150.000 réclamations administratives de 1999 à 2016 pour des adultes âgés de 50 ans et plus, plans de santé privés américains et plans Medicare Advantage. Les participants ont été observés à des intervalles de 2, 5 et 10 ans.

Plusieurs études antérieures ont également établi un lien entre la déficience auditive et la démence ainsi que la dépression.

L'étude «Incident relatif aux déficiences auditives et à la comorbidité - Étude longitudinale sur les réclamations administratives» a été publiée dans le JAMA Otolaryngology-Head and Neck Surgery en 2018.

Sources: www.medicalexpress.com, www.mcknightsseniorliving.com et JAMA Otolaryngology-Head and Neck Surgery

Lire aussi: